(FRENCH) Meet The Artist: Michel D’anastasio

Parlez-nous un peu de vous et de votre parcours.

Je m’appelle Michel D’anastasio. Je suis artiste calligraphe depuis près de 30 ans, je vis aujourd’hui à Paris, en France. J’expose au Japon, en Israël, en Inde, en Russie, aux États-Unis ou au Canada. J’enseigne aussi les lettres hébraïques modernes.

Tout a commencé en 1989 : alors autodidacte, j’ai reçu cette année-là pour mon anniversaire un coffret, contenant un stylo-plume et une méthode de calligraphie. Et la magie a opéré.

Il y eut par la suite des rencontres importantes, comme des associations françaises de calligraphie à travers lesquelles j’ai pu faire j’ai la connaissance de calligraphes chinois, japonais ainsi que de grands maîtres français comme Claude Médiavilla, Jean Larcher, Kitty Sabatier…
J’ai alors acquis la conviction que je devais persister dans cette voie et trouver la volonté d’avancer par moi-même, notamment en mettant en place ma propre méthode de calligraphie pour gaucher car tous les ouvrages sur le sujet sont destinés à des droitiers. Je me suis alors entraîné sans relâche, deux heures par jour pendant plus de 3 ans.

En 1993, j’ai suivi un stage d’été de calligraphie gestuelle moderne, chez Bernard Arin. Cette étape fut aussi marquante car cela me décida à suivre une formation de maquettiste PAO à l’École Estienne à Paris. Cette formation venait ainsi compléter le travail graphique antérieur en y ajoute des notions de création de fabrication. Ce fut aussi un lieu de découverte : le caractère, les compositions, et les règles typographiques.

Deuxième rencontre d’importance : l’association « l’Aractère ». Dans une quête incessante de nouvelles techniques, et avec l’aide de mon professeur Kitty Sabatier, j’ai mis au point une technique pour gaucher. Par la suite, je n’ai jamais cessé de chercher de nouveaux outils pour élargir le champ d’investigation de mes créations.

Progressivement, j’ai utilisé de nouveaux instruments : le Coca-Pen (plume formée à partir d’une cannette de Coca-Cola), les pigments, la gaze, le sable, le plâtre et la feuille d’or… Chacun ouvrant autant de nouveaux horizons et me permettant d’enrichir ma création.

En 2004, j’ai profité d’un séjour à Malte, date à laquelle ce pays de mes ancêtres fêtait son entrée dans l’Union Européenne, pour effectuer des recherches généalogiques. Les résultats de mes recherches m’ont révélé qu’une partie de ma famille est d’origine juive. Je décidai donc de me rendre en Israël quelques mois plus tard. C’est une véritable attirance pour la culture hébraïque que j’ai immédiatement ressentie. L’alphabet hébreu m’a tout particulièrement fasciné. Dès mon retour à Paris, j’ai commencé à étudier seul, assidûment, à raison de plusieurs heures par semaine… Les lettres sont agréables à travailler et je ressens les émotions artistiques de mes débuts. Un nouveau monde s’ouvre à moi, avec une nouvelle palette de formes et de signes.

C’est la lettre cursive que je découvre. Elle se montre plus vivante, plus libre et plus moderne. L’admiration initiale se meut en une évidente et farouche volonté : maîtriser les contours de l’alphabet hébraïque pour mieux le moderniser à ma guise, comme je l’avais fait auparavant avec l’alphabet latin. J’ai à ce moment-là décidé de prendre des cours d’hébreu pour ressentir plus profondément la signification du signe naissant sous ses doigts.

Rapidement, le travail se diversifie, j’utilise de nouveaux supports pour mettre en valeur mes œuvres. Les photographies des lettres calligraphiques et les objets de décoration remportent un grand succès.

Qu’est-ce qui vous a inspiré pour devenir artiste?

Je suis devenu artiste pour pouvoir exprimer librement ce que j’ai au fond de moi, grâce aux lettres des alphabets, que je partage à travers mes calligraphies.

Quelle est votre spécialité?

Ma spécialité principale est la calligraphie des lettres hébraïques, que ce soit sous des formes classiques, modernes ou encore abstraites, tout en me frottant également à la calligraphie moderne en lettres latines, avec parfois une approche plus abstraites.

Comment et où travaillez-vous?

Je travaille dans mon atelier, dans le centre Paris. Il m’arrive parfois de créer quand je suis en déplacement, lors de workshops que j’anime. J’arrive à produire de nouvelles créations et de nouvelles tendances quand je suis en dehors du contexte de mon atelier: cela me permet de m’ouvrir à d’autres champs créatifs. Mais en règle générale, toutes mes recherches se font dans mon atelier. Pour m’y retrouver plus facilement, mes dossiers de recherches tout comme mes œuvres rangés et classés par thèmes. Cela me permet de trouver plus facilement une calligraphie bien précise et d’en voir l’évolution.

Quel est l’élément le plus indispensable dans votre atelier?

Il y a plusieurs choses. Des éléments fondamentaux comme la lumière du jour. J’ai pu installer ma table de travail du côté de la fenêtre dans l’atelier.C’est primordial. Je dispose aussi toujours d’encres d’avance pour toujours les avoir à portée de mains, avec un stock de papier coton de haute qualité en grands formats.

Où prenez-vous votre inspiration? Vous poursuivez des thèmes?

C’est dans la Torah que je trouve mon inspiration. Elle est inépuisable !!! J’ai besoin de ressentir au plus près les versets. Je ressens aussi souvent le besoin d’aller d’obtenir des commentaires ou des vidéos que l’on peut trouver sur internet, grâce aux rabbins et aux spécialistes qui partagent leurs idées et leurs connaissances.

Sur quels projets travaillez-vous actuellement?

Actuellement je travaille sur plusieurs projets artistiques mais surtout sur une prochaine exposition collective sur thème des textes sacrés. Elle se fera en France. J’y ferai des démonstrations en public et des conférences sur l’art de la calligraphie hébraïque et l’histoire de l’alphabet hébreu.

Quel sont vos article s préférés dans votre collection actuelle?

En ce moment, j’ai élaboré une nouvelle collection où j’ai pu créer une harmonie de lettres cursives carrées, en utilisant la plume et le pinceau. On laisse les couleurs se mélanger au passage de la plume sur le coup de pinceau. J’ai aussi créé une encre personnelle avec du pigment de bronze.

J’ai également élaboré une collection que j’aime particulièrement. J’y ai travaillé de grandes lettres en superposition avec une spatule : la transparence des lettres apporte de la légèreté et de la fraîcheur à la composition.

Comment savoir quand une pièce est finie?

C’est un moment difficile à choisir mais en règle générale je laisse sécher puis je regarde le lendemain. Ce n’est que là que je décide d’arrêter ou de continuer selon l’effet voulu.

Faites-vous un travail sur mesure?

Bien sûr. Cela représente environ 50 % de ma production. Mes clients veulent avoir un texte biblique, un mot ou un prénom personnalisé. Je leur propose toutes mes collections pour choisir l’effet graphique, la couleur des fonds et des lettres ainsi que le type de composition.

Quelle est la première œuvre d’art que vous avez vendue?

Ma première calligraphie m’a été achetée par une pharmacien. Cette personne a vraiment cru en moi. J’ai réalisé pour lui un texte du cantique des cantiques : « Qu’il me baise des baisers de sa bouche! Car ton amour est meilleur que le vin »

Cette personne est maintenant une amie. À chaque occasion, elle revient vers moi quand elle souhaite offrir un cadeau et choisit l’une de mes calligraphies.

Sur quel projet avez-vous eu le plus envie de travailler jusqu’à présent?

En règle générale, tous les projets me donnent plus d’envie. J’y prends beaucoup de plaisir et je me porte à chacun une grande importance!

Que voulez-vous accomplir avec votre travail et quels sont vos souhaits pour l’avenir?

J’aimerais faire découvrir au peuple juif l’art des lettres hébraïques moderne à travers le monde. Montrer que les lettres véhiculent un message et un sens aussi dans la forme. Pour l’avenir, pourquoi pas une exposition de mes œuvres au musées du livre à Jérusalem ? Ou encore en faire une projection sur le kotel ou sur remparts de la ville sainte. Quoi qu’il en soit, je continuerai à chercher, à créer, à exposer, à partager et à enseigner cet art des lettres hébraïques qui sont ma vie.

Où pouvons-nous trouver votre travail?

Vous pouvez trouver mon travail sur:

mon site internet www.script-sign.com

Instagram@hebrew_calligrapher

Facebook https://www.facebook.com/calligraphe/

Post Author: admin